jeudi 24 décembre 2009

Lettre au Père Noël

"Cher Père Noël,

Ces dernières années, je t'ai toujours dit que je ne voulais rien pour Noël. Malgré cela, tu persistais quand même à m'offrir chaque année un top H&M, une paire de gants, une théière en forme de cochon, un soutien-gorge à fleurs et un assortiment de crèmes Nuxe.

C'est bien gentil tout ça, mais cette année est assez particulière car, comme tu dois le savoir, j'ai récemment mis au monde un beau gigot agité. Et crois-moi, ça change la donne...

Alors cette année, je veux :

- Une deuxième paire de bras
- Un lifting complet, notamment au niveau des cernes et des cuissots
- Une fiole de valium pour nourrisson (je sais que nous avons tous droit cette année au vaccin H1N1, donc si tu pouvais mettre ça en plus dans le package...)
- Une nouvelle paire de nichons SANS fuite de lait
- Le remboursement de mes tickets de métro
- 4 billets Eurostar avec la garantie d'un trajet de 3h00 maximum
- Mon permis de conduire

Je te promets en échange de moins picoler, moins fumer, moins dire de gros mots (notamment quand Gigot me réveille la nuit) et d'être aimable avec Mari.

Merci Père Noël"

Sur ce, en attendant mes cadeaux, je vous souhaite à tous un KRE JOYEUX NOEL!

mardi 8 décembre 2009

Naine

Ha ha, je vous y prend lecteurs de peu de foi : vous pensiez, sûrement à juste titre, que j'avais délaissé mon blog à tout jamais, vous privant du récit passionnant de mes aventures trépidantes de femme au foyer.

Et bien sachez que depuis le dernier article, j'ai enfanté.

Oui, vous avez bien lu : j'ai accouché, pondu, mis bas, extrait de mon estomac une petite fille de 3,5 kg pour 50 cm au garrot, à 2 semaines du terme. Moi qui pensais ne mettre au monde que des petits gabarits, me voilà bien avec un gros gigot.

Ce qui est assez amusant lorsqu'on accouche, c'est que les premiers jours, les mamans se retrouvent noyées sous le flot de félicitations par textos, appels de parents lointains, mails succints et commentaires facebookiens. Les seins gorgés de lait, délestées en quelques heures de kilos superflus et malgré quelques cernes, les jeunes mamans sont toujours "radieuses".

Mais quand la première vague est passée, là, il faut passer aux choses sérieuses... J'ai nommé la phase où les proches et plus lointains finissent toujours par vous poser la question qui fâche :

"Peux-t'on recevoir quelques photos de la merveille?"

C'est là qu'est le piège!! On emploie le mot merveille pour ne pas éveiller nos soupçons et nous endormir un peu. Mais derrière cette requête quoique légitime, j'y ai toujours vu une forme de curiosité malsaine.

Car, n'ayons pas peur des mots, un nourrisson... c'est laid... et ça, tout le monde le sait. Alors pourquoi vouloir se rincer l'oeil sur un truc pas beau? Va comprendre...

De notre côté, Mari et moi avons attendu une petite semaine avant de dévoiler le visage du Gigot.

Mari : "Bon, je vais prendre des photos de la petite pour les envoyer, tout le monde réclame"

Zaza, sous perf et après une césarienne : "Hiiinn"


Zaza : "Non mais c'est quoi ça?"
Mari : "Ils lui ont mis du collyre sur les yeux..."
Zaza : "C'est pas montrable, prend la de plus loin, ça se verra moins..."


Zaza : "Tu te fous de ma gueule? C'est encore pire... On dirait un troll des bois déguisé en lutin..."


Mari : "Ha bah c'est malin, tu l'as vexée... On va pas envoyer celle là, on va passer pour des tortionnaires..."
Zaza : "Attends, j'ai une idée... prend la photo en noir et blanc, ça passe mieux..."


Zaza: " C'est moi ou elle louche?"
Mari : "... Bon, on va revenir à la couleur pour voir..."


Zaza : "Ha non. La bouche en cul de poule, c'est pas possible!"

Mari : "Va falloir se décider quand même, ça fait une semaine qu'on se prend la tête et on a toujours rien envoyé..."

Zaza : "OK, je sais. On va faire péter la vidéo sur Facebook, parce que là, niveau photo, on est archi nuls"




Ouf. Sauvés.

Au pire, j'aurai pris une photo de mes nichons pour vous faire patienter...

mercredi 11 novembre 2009

Le Vrai Docteur

Pour le half-term de la Toussaint, j'ai emmené Nain et Mari à Paris. Le gros délire.

Comme j'ai finalement décidé d'accoucher à Paris, j'en ai ainsi profité pour voir mon gynéco-rigolo et l'anesthésiste ("No pain. No suffer. Please"). Dans la foulée, j'ai même pris rendez-vous pour Nain chez le pédiatre. Ayant un déjeuner ultra important avec une copine, je laisse à Mari le soin d'emmener Nain au cabinet médical.

Ben ouais, j'ai pas que ça à foutre non plus.

Bref, je récupère les deux boulets avant d'enchaîner chez le gynéco, et comme je suis pas aussi peau de vache qu'on pourrait le penser, je m'enquiers de la santé de mon fils.

Zaza : "Alooooors??"

Mari : "En résumé, il est en parfaite santé. Il a juste un petit bouchon de cerumen dans l'oreille gauche"

Zaza : "Ha. Faut faire un curetage à l'anglaise ou on débouche ça avec une ventouse?"

Nain : "Maman, maman!! J'ai vu le docteur!!!"

Zaza : "Et il a été gentil le docteur?"

Nain : "Oui, c'est un vrai docteur!"

Zaza : "C'est quoi ça un Vrai Docteur?"

Nain : "C'est le docteur où on se met tout nu!!" NB : bonjour la syntaxe...

Zaza : "Hin hin hin... ha bah des vrais docteurs, j'en ai connu un paquet alors..."

Mari : "Pauvre truffe... Non mais c'est vrai qu'on était pas arrivés depuis 3 minutes qu'il a mis ton fils à poil tout de suite pour l'ausculter et le mesurer. Il lui a même demandé de se décaloter!"

Ha. Je comprend mieux.

Alors qu'en France on vous demande quasiment de vous désaper dans la salle d'attente, les médecins anglais, eux, vous touchent à peine pour vous ausculter et je ne me suis, ô grand jamais, dénudée devant un médecin à Londres. Même pendant mon suivi de grossesse au St Mary's Hospital! Le canard coin-coin, le toucher vaginal, le roulage de doudounes entre les paumes pour checker si tout va bien, ça ne m'est JAMAIS arrivée en Angleterre (alors qu'on adore toutes ça, c'est bien connu...). Pour ça, faut aller voir un médecin français.

Le seul truc intime qu'on vous demande systématiquement en Angleterre, c'est un échantillon d'urine. Vous savez, ces petites fioles de 2 cm de diamètre dans lesquelles il faut faire pipi en prétendant qu'on s'en est pas du tout foutu plein les doigts? Bref, je sais pas exactement ce qu'ils font avec (un trafic d'urine?), mais c'est vachement important.

Ainsi, pour Nain, le Vrai Docteur, c'est celui qui vous demande de vous mettre à poil et qui malmène vos parties intimes. J'ajouterai à cela que le vrai docteur a tendance à vous faire des ordonnances aussi longue qu'une liste de courses après un retour de vacances. Comme le système de santé français est le meilleur du monde et que ça coûte que dalle, ça serait con de pas en profiter...

Zaza : "Ben c'est vachement intéressant tout ça, mais moi, j'ai rendez-vous avec mon gynéco!"

Mari : "On t'accompagne. C'est ta dernière écho et il doit nous briefer sur ta césarienne" Tin, non mais jamais ils me lâchent ces deux là, c'est pas possible...

Nain : "Tu vas chez le docteur Maman?"

Zaza : "Oui, je vais chez le docteur qui va vérifier que ta petite soeur va bien"

Nain : "Et c'est un vrai docteur?"


Ha bah ça, mon gynéco, oui... C'est un putain de vrai docteur...

lundi 19 octobre 2009

Baby Brain

Je perds la boule...

Moi qui me vantais d'être une femme organisée limite control freak, me voilà réduite au stade de boulet. C'est simple, j'oublie tout.

J'oublie de valider mon Oyster Card, ce qui m'a valu une bonne humiliation publique du chauffeur du bus qui arrête son engin pour venir me chercher au fond du bus en me signalant que cela faisait déjà 3 fois qu'il m'avait appelée au micro pour que je vienne valider ma carte (la barrière du langage aide pas).

J'oublie mon portefeuille... et ne réalise qu'au moment où le chauffeur de taxi m'a déposée à destination.

J'oublie mes fringues chez les voisins.

J'ai même oublié que j'avais un blog!

Alors bien sûr, cela n'a rien de grave mais quand même... Ca ne m'arrive JAMAIS d'oublier ce genre de choses!

Mari m'a déjà sorti sa sentence : "C'est normal, t'es enceinte!", mais les anglosaxons appellent ca le "Baby Brain". Ca vient d'une étude faite il y a un moment, prouvant que la grossesse altérait le cerveau de la femme, le comparant au cerveau d'un vieux de 60 ans. Ca expliquerait ainsi mes pertes de mémoire, mon sens de la logique inversé et le fait que je me fasse pipi dessus dès que j'éternue?

Vaste complot qui consiste à rendre une femme enceinte encore plus "pesante" qu'elle ne l'est.

Parce que je me suis renseignée entre temps... Tout ça, c'est que des conneries...

Pour tout vous avouer, la fatigue est le principal coupable de cet état... Je me laisse aller dans une pente de flemmardise aigüe et telle une diva, sous prétexte que je suis enceinte, je reste allongée dans mon canapé en branlant rien de la journée. Mieux que ça, dès que Mari rentre du boulot, PAN, je le mets au turbin direct!

Mari : "Ca va ma chérie? t'as passé une bonne journée?"

Zaza : "Hoo (plaintif), j'ai mal au dos et je me sens toute patraque..."

Mari : "Bon, ne bouge pas, je gère tout!"

Zaza : "Tu prépares le dîner de Nain alors?"

Mari : "Oui, oui, je m'en occupe et je le couche tout de suite après, je te l'amène juste avant le dodo pour qu'il te dise bonne nuit"

Zaza : "Ha oui hein, il m'a fatiguée aujourd'hui (Nain va à l'école de 9h00 à 15h15 tous les jours, c'est sûr que c'est crevant de l'attendre...)"

Mari : "Reste allongée, ne bouge pas"

Zaza : "Bah de toute façon, y'a X Factor qui commence..."

Mari : "Tu veux quoi pour le dîner?"

Zaza : "Non mais laisse, je m'en occupe du dîner" Et là, je me redresse en grimaçant avec un soupir plaintif du genre "Han han han"

Mari : "Laisssse je te dis, je m'en charge après avoir couché Nain"

Zaza : "Merci amour. Par contre, si tu pouvais attendre que X Factor soit fini pour me monter le dîner, ça serait gentil..."

Preuve par l'exemple que le Baby Brain est une légende et que mon cerveau fonctionne encore : j'ai toujours en tête le programme télé et mon sens de l'organisation est au sommet de son efficience vu que j'arrive à tout gérer sans lever mon gros cul du canapé.

Je sens cependant que ça va pas durer longtemps...

mardi 6 octobre 2009

The laptop killer

Mon ordinateur est tombe malade...

Le diagnostic du reparateur a ete formel : la carte graphique a crame, consequence d'une mauvaise ventilation, due a l'accumulation de poussiere, due au fait que j'ai fume comme un pompier a cote de mon ordi pendant 2 ans et que notre femme de menage a consciencieusement tapisse mon ordi de Mr Sheen (le machin qui fait pschiit et qui fait briller vos meubles en bois...).


Bref, cyberquiche a encore frappe et j'ai ete privee d'ordi pendant quelques jours...


Du coup, je me retrouve avec un ordi de depannage QWERTY ou les accents n'existent pas et les caracteres speciaux sont inverses... Ca rend mon discours illisible...


Mais j'ai quand meme appris quelques trucs sur le fonctionnement de ces maudits engins :


- Faire les mises a jour regulierement
- Arreter de telecharger des merdes
- Nettoyer les cookies (pas les gateaux, les fenetres temporaires qui apparaissent systematiquement avec des filles a poil)
- Eviter de faire fonctionner la batterie et la prise secteur en meme temps, ca rend l'ordi moins performant (mais si vous avez fait ca des le depart, c'est trop tard!!)
- Ne pas laisser votre laptop a la portee de vos enfants, vous courez a sa perte
- Si jamais ca bug, ne pas taper dessus comme un bourrin et l'eteindre soigneusement


Et si jamais ca marche toujours pas, vous demandez a ce qu'on vous en offre un autre en promettant de faire attention... J'ai deja tate le terrain mais ca va etre dur de convaincre Mari...

mardi 22 septembre 2009

Le système du Child-dropping

Ma famille me manque.

Je ne parle pas des réunions de famille (entre les enfants qui crient et les parents qui s'engueulent, dans une famille de 7 enfants, on a vite atteind la nuisance sonore) mais du soutien logistique que je qualifierai d'intérêt personnel d'ordre général.

Les mamans expatriées comprendront mieux que quiconque mes propos si je leur parle de "WE en amoureux".

En effet, quand on a pas la famille à portée de main, comment s'organiser pour partir 48h00 sans mouflets? Soit on passe par la case Grand-Parents pour déposer Nain (amputation de 24h00), soit on les fait venir à Londres (même s'ils ne parlent pas un mot d'anglais), soit on embaûche une nounou pour le WE mais autant vous dire que ça coûte un avant-bras (celui dont je me sers pour porter mon sac à main).


Mari et moi avons peu utilisé ces méthodes bancales, du coup, nos escapades bucoliques se terminent toujours à Hyde Park. Génial.


Mais cet été, avec l'arrivée de Naine au mois de novembre, on s'est dit : "C'est le moment où jamais de profiter de vacances sans enfants. 1 enfant à caser, c'est moins compliqué que 2. On va faire du child-dropping!"


Le child-dropping (ou larguage de nain en français) consiste à survoler la France en lâchant Nain au passage. Sans parachute, sans couches, sans éducation et surtout, sans aucun état d'âme... On ne dit pas "cet été, je me débarrasse de mes enfants", on dit "c'est chouette, ils vont découvrir de nouvelles choses"...

Mes soeurs aînées par exemple ont ainsi pratiqué le child-dropping de manière intensive. Profitant de l'amour immodéré de ma mère pour ses petits-enfants, elles les ont servis à toutes les sauces : vacances scolaires, WE prolongés, mercredi après-midi, professeurs en grève... Je peux vous dire qu'elle en a bouffé du marmot.

Cet été donc, on a fait une session d'1 semaine chez mes beaux-parents et 2 sessions de 10 jours chez mes parents. Tout seul et en mode "free-style" : pâtes et riz à tous les repas, télévision le soir, dodo dans la chambre des grands-parents et du tracteur à gogo...


Du grand n'importe quoi... Mais que voulez-vous, il faut éviter que le child-dropping devienne une corvée pour nos chères têtes grises...


Grâce à ce système sans failles, on a enfin pu découvrir Londres SANS enfant et en plein mois d'août. Le rêve me direz-vous? Certes. Mais je dois admettre qu'au bout d'une semaine, j'ai commencé à me faire chier. Nain me manquait trop.


C'est avec beaucoup d'excitation que nous sommes allés le récupérer fin août. Bronzé, en forme, heureux, détendu. En fait, je crois bien qu'en nous voyant arriver il s'est dit :


"Merde... Voilà les relous... pour une fois que j'arrive à m'en débarrasser..."

samedi 5 septembre 2009

Back in London. Volée n°1

Bon les enfants... Les vacances... c'est fi-ni...

A peine arrivée à la maison avec mon fardeau de linge sale, le premier truc que je fais bien entendu, c'est de me ruer dans la salle de bains pour évaluer les dégâts causés pendant les vacances...

Ben ça a pas traîné....



"Tiiiiinnnn.... Fait-chi-er......"

Humainement, ça paraît impossible... Et pourtant, après un très rapide calcul, le résultat à résonné à grand bruit dans la maison :


Zaza : "Non mais j'halluciiiine!!"

Mari : "Quoi encore?"

Zaza : "Tiiiinn!! Tu sais combien j'ai pris pendant les vacances?"

Mari : "...."

Zaza : "4 kilos!!! J'ai pris 4 kilos en 2 mois!! Ca fait 2 kilos par mois, 500 grammes par semaine, 70 grammes par jour... A ce rythme, je vais finir à... à... heu attends....à...."

Mari : "T'as encore 3 mois à tenir, ça fait donc encore 6 kilos soit un finish à 75 kilos... Ha bah tiens, c'est marrant... on fera le même poids!!"

Zaza : "Pau-vre con..." (Manifestation subtile des hormones en pleine ébullition)


Mais je ne me leurre pas, il est vrai qu'après quasiment 2 mois en France, les lâchages ont été quotidiens : entre la cuisine bretonne (au beurre), celle du sud-ouest (au gras d'oie) et celle de ma belle-mère (au sucre), on a vite fait de prendre du lard.

On a arpenté les régions de France comme des touristes avides de nouvelles sensations culinaires et les produits introuvables à Londres (si ce n'est à un prix totalement déraisonnable) s'étalaient sous nos babines bavantes : andouille de guéméné, foie gras de canard, rillettes de porc, rillons de touraine....

Et bien sûr, même si on agrémente ces mets de légumes verts (beurk), on préférera le plat de patates sautées (ouais!).

Bref, pour ne pas me démoraliser, j'ai fait comme dans l'article précédent :



"Tiiiiinnnn.... Fait-chi-er......
On voit la marque des tongs, ça gâche ma french pédicure..."

vendredi 21 août 2009

Un suçon, ça se mérite

Quand on habite en Angleterre, on finit bien sûr par vous demander si votre niveau d'anglais s'est amélioré.

Ben pas vraiment. Enfin, j'ai pas l'impression.

J'ai beau feuilleter la grande presse (Lite, Londonpaper, Evening Standard), il n'y a quand même rien de mieux que de se plonger dans un roman écrit en anglais. Mon niveau étant ce qu'il est, je me suis pas trop foulée et me suis plongée dans la saga Twilight (inutile de chercher dans le rayon romans classiques, vous ne le trouverez que dans la catégorie "Children Books").

Haaa, que d'émois en lisant les aventures de cette pauvre ado tombée éperdumment amoureuse d'un vampire, amour contrarié par ses envies sanguinolantes et une bande de loups-garous post-pubères en shorty. N'empêche que. Reconnaissons que l'auteur sait vous tenir en haleine et qu'on attend impatiemment le moment où les deux jeunes tourteraux vont passer à l'Acte.

Après avoir dévoré lubriquement les 3 premiers tomes, rien n'y fait. A part quelques bisous, pas la moindre allusion à tout contact charnel, même pas un petit pelotage de nichons en bonne et dûe forme... Pffff... Moi qui pensais m'émoustiller cet été avec un bon roman un peu coquin, c'est raté.

C'est sans compter sur les conseils de ma nièce de 28 ans qui a lu la quadrilogie 5 fois de suite (!!!) : "Zaza, le cul, dans Twilight, c'est pas avant le 4ème tome!!"

Je me suis donc ruée chez Waterstones avant de partir en vacances pour me procurer le dernier tome. Le Saint-Grraaaaal.



J'aurais pu bien sûr me plonger dedans dès le premier jour des vacances chez mes parents et vivre comme une autiste pendant 4 jours mais voyez-vous, à 33 ans, il faut savoir se tenir un minimum.

Dans ma famille, il est très bien vu de lire beaucoup. Et des trucs un peu balaises si possible. Si vous n'êtes pas au diapason avec les lectures de ceux qui considèrent le "Monde Littéraire" comme la Bible et qu'on vous surprend avec un roman à l'eau de rose, vous avez vite fait de passer pour une demeurée.

Ainsi, pour éviter qu'on me jette des regards apitoyés, j'ai mis de côté Twilight et me suis tout d'abord fait une cure de livres un peu plus sérieux. Et j'ai pas forcément eu la main heureuse.

Titre prémonitoire pour un roman "scientifique" piqueté de burlesque, dialogues farfelus décrivant la réalité de l'évolution humaine. Ca fait 182 pages seulement. Ca m'a pas tuée.

On m'a offert ce livre à la naissance de Nain. 4 fois j'ai essayé de le lire. 4 fois j'ai trouvé ça chiantissime au bout de 80 pages. J'ai fini par arriver au bout cette année.

Portraits de femmes très réalistes entre une mère possessive et une belle-fille rebelle (livre pas malin à lire si vous partez en vacances chez vos beaux-parents)

Merveilleusement bien écrit (sisi) sauf que ca se suicide dans tous les sens... sauf la femme au foyer enceinte du 2ème enfant... ouf...

Malgré un titre alléchant, c'est pas rigolo du tout... Mais alors pas-du-tout...

Mon chemin de croix achevé, j'ai estimé que j'avais droit de souffler un peu et c'est sans honte que j'ai dévoré "Breaking Dawn" en 3 jours.
Et bien au final, les 2 jeunes amoureux doivent attendre d'être mariés avant de consommer, les scènes de sexe dont je rêvais sont habilement omises, elle se retrouve en cloque et hérite d'un enfant qui refuse le biberon et se comporte comme un gentil tyran. Comme quoi, même en se plongeant dans un roman fantastique pour ados en vacances, on se retrouve confronté aux joies de la maternité.
Je ferai une meilleure sélection l'année prochaine. Du Arlequin un peu cochon. Na.

mardi 28 juillet 2009

Vive les mariés!

Notre première grande étape de nos vacances s'est déroulée en Bourgogne pour le mariage d'une amie très proche.

Je vous passe le discours habituel : la mariée était très belle, le mari très élégant, les parents méga stressés, le buffet pantagruélique et les invités déjà ivres morts avant même de passer à table. On a même eu droit à un feu d'artifice du tonnerre :


"Bon, normalement, un feu d'artifice se lance à au moins 130 mètres. Là, on va plutôt le lancer à 20 mètres, donc, si vous voyez une grosse étincelle vous tomber dessus, décalez-vous d'1 mètre!" nous avait prévenu l'artificier (il devait être bien cramé lui aussi!).



La particularité de ce mariage résidait également dans le fait que la mariée m'avait demandée d'être témoin à l'église.

Bon, sans vouloir me la raconter, ce n'est pas la première fois que je remplis ce rôle, mais la joie d'être choisie parmi la multitude pour sourire niaisement à côté des mariés est toujours suivie d'un moment d'angoisse pur : "Et merde, me voilà bonne pour pondre un discours...."

Dieu merci, la mariée m'a gentiment rassurée : "Zaza, comme tu es un cas à part, je ne te demande ni d'organiser mon enterrement de vie de jeune fille, ni de me faire un discours. Ai pitié".


Alleluia. Ton voeu sera exaucé chère enfant.


J'ai encore le douloureux souvenir du premier discours de mariage co-écrit avec une bande boulets le jour-même de la cérémonie. Bref, manquant d'inspiration et d'expérience, ça s'est terminé en abécédaire dont je vous livre quelques lignes, toutes aussi pathétiques les unes que les autres :

"A comme Amour,
B comme Bonheur,
C comme Coeur,

jusqu'à Z... comme Zorro (et l'un de nous s'est gentiment dévoué pour l'imiter..)"


Le deuxième discours que j'ai pondu était pour une très vieille copine avec laquelle j'avais écumé les open-bar et quelques années collège. Le résultat était pas mal dans le genre "je vous raconte les pires saloperies sur son compte que j'ai stockées depuis des années" mais, l'heure du discours approchant et victime d'un trac involontaire, je me suis mise à vider toutes les coupes de champagne qui me passaient sous le nez pour me donner un soupçon d'audace.

Résultat, j'ai bafouillé mes âneries tout en gloussant sur les détails croustillants et en interpellant la mère de la mariée comme si c'était une vieille copine : "Hééééé!! Moniiiique!!! Tu m'écoutes???!!!"... micro à fond bien entendu...


Ensuite, avec l'âge et l'évantail de possibilités que nous offrait Imovie, je me suis hasardée dans la co-réalisation de films de mariage... Mais même avec un scénario juteux, quelques acteurs motivés et une caméra à peu près stable, on arrive difficilement à une série Z, surtout que la plupart du temps, il faut rajouter les sous-titres faute d'avoir eu un micro enregistreur digne de ce nom...


Et bien malgré ces malheureuses expériences, si les mariés ne me demandent pas expressément de ne rien faire, je peux pas m'empêcher d'ajouter une touche de lourdeur.


Bref, dans 15 jours, nous avons un autre mariage d'un bon vieux pote et celui-là, on va pas le rater. Mais faute de temps et d'organisation, on va improviser... et en live s'il vous plaît!!!


Franchement, avec un entraînement aussi béton, j'ai vraiment hâte que Nain se marie pour que je puisse lui concocter un discours inoubliable...

dimanche 19 juillet 2009

Pigeons voyageurs

Et voilà c'est parti!

Nain ayant fini l'école vendredi dernier, on a pu enfin passer aux choses sérieuses...J'ai nommé: les Vacances... les vraies...

Comme nous devons nous coltiner 2 mariages cet été, Mari et moi avons décidé de passer toutes nos vacances sur le sol français (mes vacances au Club Med à l'Ile Maurice, je peux gaiement m'assoeir dessus).

On s'est dit : "ça va être super, on va rester sur dans le même pays et ça va être moins galère rapport à l'organisation!"
En plus, on va en profiter pour voir les copains qu'on a pas vus depuis des luuuustres et qui continuent à pondre des enfants qu'on ne voit même pas grandir sauf en photos. On va aussi mettre un bon coup de taser aux grands-parents en leur dropant un Nain qui ne fait plus la sieste et qui a bien compris la notion d'"abus de faiblesse" (de jeunes enfants qui s'en prennent à des personnes âgées, c'est moche quand même...).

Cependant, après avoir planifié nos vacances, je me suis rendue compte que c'était pas racontable. Ainsi, pour une meilleure compréhension, je vous dévoile la carte de nos différentes étapes estivales :


Ca va être bien ces vacances, mais je vais en bouffer du kilomètre...

Soit :
1908 km en avion
3153 km en train
717 km en voiture

Alors bien entendu, beaucoup, inquiets, diront : "T'es complètement malade de voyager autant!", "Tu vas être encore plus crevée qu'en partant!", "Tu peux pas faire autant de trajets enceinte voyons!!", "Pauvre Nain qui va te voir partir et repartir toutes les semaines, t'imagines pas le trauma pour lui!" etc...

Je vous entends chers amis, je vous entends, mais c'est Mari qui a eu le dernier mot :

"Faut vraiment qu'on se tape tous ces week-ends chez tes parents en Bretagne?"

lundi 13 juillet 2009

Happy Feet

Tous les matins, depuis que je suis enceinte, c'est plus fort que moi, il faut que je me pèse.

Dès que mon réveil sonne, je saute de mon lit, je fonce à la salle de bains mettre mes lentilles, je me vide les reins et hop, je saute à pieds joints sur la balance. Jusqu'ici, tout allait pour le mieux... Je frisais le +3,5 kilos, rien de bien méchant....


Il faut dire que les 3 premiers mois ont été très joyeux : nausées, vomissements réguliers, vertiges, fatigue. Bref, dès que j'avalais un truc, ça repartait aussi sec dans l'autre sens et Mari me tapotait le dos avec compassion. Mais je ne me suis pas plainte. Je trouvais justement que c'était l'occasion rêver pour me faire péter la panse sans avoir peur de prendre un gramme et mon gynécologue m'a certifié que cela ne devait pas durer plus de trois mois...


Zaza : "Non mais vous êtes sûr?? Ca va pas aller au delà?? Parce que c'est quand même assez bizarre de passer ses matinées la tête dans la cuvette sans avoir picolé la veille..."


Gynéco rigolo : "Ca s'arrête à la fin du 3ème mois, je vous le promet... Si les nausées continuent, c'est d'ordre psychologique!"

Zaza : "C'est pas d'ordre vaginal?"


Gynéco rigolo : "Même pas! Vous savez que certains médecins vont jusqu'à enfermer leurs patientes enceintes pendant 48h00 si elles prétendent avoir des nausées au bout du 4ème mois? Ils disent qu'en les isolant de leur tracas et problèmes, elles n'ont plus de nausées..."


Zaza : "Ca va pas non?"


Mari : "C'est intéressant ça!!"


Ben c'est pas rentré dans l'oreille d'une sourde... A la fin du 3ème mois, les nausées se sont envolées! Hourra! Mais j'ai quand même continué à me gaver de cochonneries "au cas où". Infaillible et sans pitié, ma balance m'indiquait que je prenais "légèrement du poids"...


Mais alors ce matin, grosse surprise....



"Taiiiin... Fait chier...."
Et ça sert rien d'enlever son T-shirt et sa culotte hein...
Ca ne change ab-so-lu-ment rien!

Comment j'ai pu prendre 900 grammes en un week-end??? Hein??? Non mais comment ça se fait?? C'est alors que je me suis remémoré rapidement la composition de mes repas le week-end dernier :

- Samedi midi: poulet teryaki-riz à midi + autres cochonneries japonaises + petit goûter à base de gaufres

- Samedi soir : couscous royal au Pasha

- Dimanche midi: BBQ géant chez des copains américains, soit 3 hamburgers, 2 saucisses et 4 cookies

- Dimanche soir : Brochettes de porc à la thailandaise et pilons de poulet farcis (et frits bien sûr)


Hiin, c'est donc ça... Je me suis empiffrée comme une truie tout le week-end et y'a pas l'ombre d'un légume vert...


Autant vous dire que ce matin, après avoir déposé Nain à l'école, j'ai foncé comme un bolide à la piscine faire mes 20 longueurs histoire de donner du fil à retordre au tas de gras qui s'est incrusté chez moi (Non, je parle pas de Mari...). Surtout qu'une de mes soeurs m'a gentiment rappelé la veille que, comme j'attendais une petite fille, il ne fallait pas que je dépasse le +10 kilos!! La pression...


J'avoue ne jamais avoir fait grand cas des déboires pondéraux dûs à la grossesse. Certaines de mes amies n'ont pris que 10 kilos, tandis que d'autres ont fait péter le +30 kilos. Pour Nain, j'avais pris 15 kilos, c'est pas mal me direz-vous, mais quand on a déjà 5 bons kilos à perdre, on arrive à +20 au dessus du par!



Mais on s'en fout. Y'a pas de règle. On devrait sauter de joie tous les jours d'être enceinte! Et ça me gonfle déjà assez d'avoir arrêté mes petits plaisirs d'alcoolo-toxico pour ne pas avoir en plus à brouter de la salade toute la journée!


Donc, si vous vous retrouvez sur une balance peu coopérative, ne vous lancez pas dans une tirade de gros mots en maudissant toutes les cochonneries que vous avez avalées, dites-vous plutôt :



"Houlalala....
Il va falloir que je retourne faire une pédicure!"

lundi 6 juillet 2009

Comme un Lundi....

Le lundi matin, ce que j'aime bien faire, c'est regarder les "status update" sur Facebook.

Et bien tous les lundis matin, je vois très souvent des commentaires du genre "encore un week-end terminé", "j'aime pas les lundis", "dur de retravailler après un week-end de repos intense" etc... En gros, ça revient à dire "après avoir passé le week-end avec les gens que j'aime, voilà que je vais devoir me taper une semaine de plus à me farcir toutes les têtes de cons qui m'entourent au bureau!".


Pour ma part, en tant qu'honnête femme au foyer, le lundi est exactement comme tous les autres jours de la semaine week-end inclus. Réveil à 8h00, au petit-dej avec un Nain qui a enchaîné ses 12 heures de sommeil et qui pète la forme, le lave-vaisselle tout propre qu'on doit vider avant de le remplir des bols de céréales fraîchement dégueulassés, la routine infernale du lave-linge, la montre qui n'affiche que 11h00 et la sempiternelle question : "Que vais-je bien pouvoir faire avec Nain pour l'occuper jusqu'à la sacro-sainte séance télé de 17h30 où je vais ENFIN avoir la paix pendant une petite heure (et demi...)??"

Donc, de manière générale, je n'ai pas ce fameux blues du lundi que peuvent avoir les gens qui travaillent.


Mais ce matin, Nain m'a concocté une surprise à sa manière...


Tous les matins, le premier truc que je fais après m'être pesée, c'est d'aller dans la chambre de Nain pour trouver de quoi l'habiller. Et bien ce matin, en ouvrant sa chambre, je tombe là-dessus...



(Soupir....)

Ainsi chers lecteurs, j'ai enfin découvert la déprime du lundi, celle où l'on se dit : "Y'a des jours comme ça, vaut mieux retourner se coucher!".


Ce que j'ai bien sûr fait jusqu'à 11h00...

mardi 30 juin 2009

Intermède Musical

Comme je l'ai sournoisement précisé dans mon dernier article, Mari aime la musique de bouseux.

Quand je le vois écouter de la musique folklorique tout en remuant son doigt pour suivre le rythme, j'ai de soudaines envies de lui tordre le cou (après lui avoir fait avaler son doigt). Pire, tous les week-ends, comme c'est lui qui est de corvée de petit-déjeuner avec Nain, il a décidé que c'était à lui de choisir la musique le matin. Résultat : de 8h00 à 10h00, il nous colle l'intégrale de Bach version clavecin... Autant vous dire que je préfère rester au lit, même si je crève de faim, plutôt que d'avoir à supporter cette horreur.

Mais il y a quelques mois, il a fait très fort... Il a acheté ce film là :



Le résumé : A travers l'histoire d'une fanfare de mineurs (vaillants travailleurs de la mine et non petits chérubins), c'est une des crises de l'époque conservatrice, la fermeture des mines du Yorkshire, que décrit BRASSED OFF. Entrainée par un Pete Postlethwaite en grande forme pour la propagande, la fanfare passe les épreuves d'un concours qui lui permettra de jouer au prestigieux Albert Hall de Londres. Futilité que tout cela car entretemps les mines ferment, l'industrie et la région terminent leur agonie. Et les musiciens, tous travailleurs des puits, ne peuvent plus compter que sur leur prime de licenciement et un chômage infini dans une zone sinistrée. Ils n'ont plus que ce concours somme toute dérisoire pour pouvoir exprimer leur colère...

En gros, c'est un mélange de "The Full Monty" et de "Les Choristes"...

L'argument principal de Mari a été le suivant : "ce film m'a réconcilié avec la fanfare!"...Comme vous pouvez vous en douter, il est resté dans son emballage pendant un bon moment jusqu'à ce que je cède à ma vilaine curiosité!

Et bien je dois l'avouer, j'ai été conquise! Et je vais d'ailleurs vous dévoiler la scène qui a failli m'arracher quelques larmes :

http://www.youtube.com/watch?v=C8uoY9e5YVY

Oui je sais... Mari a déjà bien entamé mon lavage de cerveau mais ne vous inquiétez pas... J'ai quelques tubes de Britney Spears sur mon Iphone qui vont me remettre sur le droit chemin...

mercredi 24 juin 2009

Oxford

Nous vivons actuellement à Londres une période de fortes chaleurs... le thermomètre ayant frôlé les 22°, les bras se découvrent, les tongs fleurissent sur le bitume, les lunettes de soleil servent enfin à quelque chose et une vague odeur de barbecue plâne dans l'air...

Nous nous sommes donc dit : "Profitons de ce beau temps pour visiter un peu ce beau pays, avec un peu de chance, on va réussir à faire du tourisme sans se faire saucer!".

Ce vent d'optimisme nous a donc poussés, Mari, Nain et moi jusque dans les contrées lointaines de l'Angleterre. Toujours sans voiture (et sans permis), on a pris le train jusqu'à Oxford... 58 mn de train de Paddington, c'est tout à fait jouable avec un Nain sous ecsta, un Mari sous Prozac et une Zaza sur-hormonée.

Une fois de plus, je joue les Tour-Operator, j'apprend la carte de la ville par coeur, je concocte un planning serré mais divertissant et je vérifie 15 fois l'heure de départ du train de retour (alors qu'on est même pas arrivés...).

Bref, en arrivant à la gare d'Oxford, je ne prend même pas le temps d'attendre les 2 boulets, que je fonce au Tourism Office pour acheter 2 billets de ça :


Ca, c'est ce que j'appelle du "promène-couillon"... Mari déteste (Mari est snob) alors que moi, j'adore ça : le bus sightseeing, la calèche, le bateau-mouche, le pousse-pousse, le vaporetto... Tant que je peux visiter peinard sans trop me fatiguer (ni me ruiner), j'adhère pendant que Mari grogne à mes côtés en me traitant de plouc.


N'empêche que. Grâce à notre petit bus, pour une somme modique, nous avons pu découvrir en un temps record toute la ville avec explications en français s'il vous plait!


Premier Stop : Christ Church College


"Bon, Nain, maintenant, tu vas arrêter de faire le con et t'as intérêt à cravacher sérieux pour que tu puisses faire tes études ici : cet endroit est vraiment trop cool!!"


Deuxième Stop : Le Hall du Christ Church College



"Hiiiin, regardez!! C'est ce réfectoire qui a inspiré la Salle à Manger de Hogwart dans Harry Potter!! Vas-y Nain, on fait coucou à Papa!! " (et on en profite pour emmerder les 40 touristes qui attendent derrière en leur gâchant sublimement leurs photos)


Troisième Stop : le Jardin Botanique



On est comme ça nous... On aime la nature, les plantes et on a réussi à passer 2h00 dans ce magnifique jardin, d'autant plus que nous avons eu droit à un petit concert de musique oxfordshienne...

Moi, la musique de bouseux, ça me parle pas trop mais Mari, il adore...


Quatrième Stop : Bodleian Library


Bon là, y'a pas de photo parce qu'en fait, nous sommes arrivés 5 mn avant la fermeture du bâtiment (les attractions ferment à 16h00 à la campagne) et qu'EN PLUS, il a commencé à pleuvoir des cordes... Et quand on est en tongs et qu'on a pas de parapluie, on a vite la haine...
C'est donc pour cela que nous avons fait notre dernier stop avant la gare ici :


Cinquième Stop : The Randolph Hôtel

C'est là qu'il faut prendre THE afternoon tea : un thé incroyable, des mini-sandwichs, des scones encore tout chauds et des mini pâtisseries tout plein de sucre dans un hôtel ultra luxueux où on vous accueille avec gentillesse même si vous sentez pas bon des pieds et que vous êtes sapés comme des clochards...


Bref, nous sommes rentrés à Londres pleins comme des cartables, trempés jusqu'aux mollets mais très très contents de notre escapade culturelle (oui oui. Cul-tu-relle).

mardi 16 juin 2009

Mille et Une Excuses

La semaine dernière, j'ai fait un truc de dingue : j'ai annoncé ma grossesse sur Facebook...

Au diable l'intimité, maintenant que les trois premiers mois sont largement sifflés, je peux enfin déverser la bonne nouvelle sur la Toile jusqu'à gonfler mes proches et moins proches avec les fantastiques aventures de mon utérus! Mari me dit souvent que je suis "cheesy" (sous-entendu "cucul la praline") mais que voulez-vous, après 3 mois d'omerta, il me fallait bien ça pour compenser mon silence forcé...

En effet, comme vous le savez, dire qu'on est enceinte avant le cap des 3 mois, ça se fait pas. Ou du moins, ce n'est pas conseillé quand on pense à toutes les mauvaises bricoles qui peuvent arriver. Mais là n'est pas le sujet de ce post...

La question est : "Comment cacher son début de grossesse à son entourage... notamment quand on fume comme un pompier et qu'on boit comme un tonneau?"

J'avoue de pas avoir trop réfléchi à la question avant même que les interrogations de mes proches m'assaillent. J'ai bien tenté la réclusion totale et l'absence de vie sociale mais c'est plus fort que moi, il a fallu que je fasse le paon en soirée... et là, ça a été grillades sur grillades...

Amie Blonde : "Haaaa Zaza!! Ca fait une plombe que je t'ai pas vue, comment ça se fait??"

Zaza : "Ch'uis ultra débordée, j'ai pas eu le temps d'appeler qui que ce soit ces derniers temps, mais me voilà de retour maintenant!"

Amie Blonde : "Bon, ben pour fêter ça, on va se fumer une clope sur le balcon?"

Mari : "Elle a arrêté de fumer"(Non mais qu'est-ce qu'il fout là? Il me flique ou quoi? Ha oui... Mari me flique...)

Amie Blonde : "T'as arrêté de fumer???"

Zaza : "Et bien oui... (merci Mari qui attend avec impatience l'excuse bidon que je vais sortir tout en se fumant une clope...) J'ai découvert que je faisais de la... tachycardie!! (Ohh génial, comment j'ai trouvé ça toute seule??!!)

Amie Blonde : "Tu fais de la tachycardie???"

Zaza : "Ben ouais, j'ai le coeur qui se met à battre hyper vite quand je fume, j'ai découvert ça récemment, donc comprend bien que ça a vite calmé ma consommation de cigarettes!"

Amie Blonde: "Mais... T'es allée voir un médecin?"

Zaza : "Heuu... non..."

Amie Blonde : "Alors comment tu peux savoir que tu fais vraiment de la tachycardie?"

Zaza : "..."

Amie Blonde : "..." (merde, elle se met à réfléchir et j'arrive pas à changer de sujet de conversation!!) "T'es enceinte!!!!" (merde, merde, merde et merde)

Zaza : "Naaan, ch'uis pas enceinte!!!"

Amie Blonde : "Siiiii, t'es enceinte!!

Zaza : "CChhhuuutttt!!! Je te dis que non!! "

Amie Blonde "Vas-y! Me prends pas pour une conne!! T'es en-cein-teuu!!"

Et voilà comment on se fait griller. Première erreur : ne pas avoir d'excuse bidon toute prête (et réaliste) pour couper court aux allusions. Deuxième erreur : prendre les personnes qui vous connaissent bien pour des abrutis.

Donc, pour la prochaine fois, je me suis fait une mini-liste.


Pour justifier l'arrêt de la cigarette :

- "C'est trop cher" (recevable en temps de Crise)
- "C'est vraiment pas bon pour la santé" (merci on savait...)
- "J'en avais marre que mes fringues et mes cheveux puent la cigarette en rentrant de soirée" (alors que la transpiration, non)
- "J'ai fait le pari avec Mari qu'on arrêterait de fumer" (irrecevable quand Mari continue à cloper en public)
- "Je me suis remise au sport et c'est pas compatible avec la cigarette" (même pas la peine d'y penser si vous avez déjà la réputation d'une grosse moule)
- "Je fais de la tachycardie" (uniquement plausible si vous dites être allée voir un médecin et que votre auditoire est au moins à 3 grammes)


Pour justifier l'arrêt de l'alcool :

- "Je prends des antibiotiques-antihistaminiques donc, pas d'alcool pour moi" (toujours accompagner cette excuse avec un petit toussotement maladif ou un éternuement notable voire liquide)
- "Je me suis déjà pris une cuite hier soir" (irrecevable pour les alcooliques notoires et ceux qui sortent avec le même groupe d'amis tous les soirs)
- "Je me suis déjà pris une cuite avant-hier soir" (ouais, après 30-35 ans, ça passe, parce que oui, il nous faut au moins 2 jours pour se remettre d'une gueule de bois)
- "Merci mon verre est déjà plein" (c'est le même depuis 2h00, vous n'y avez pas touché et vous avez super soif! Mais quel courage...)
- "Je fais un régime" (éviter cependant de vous empiffrer en public, même si la goinfrerie va de paire avec la grossesse, car ça va paraître vraiment louche)



Pour justifier l'arrêt total de vie sexuelle :

- "Arreteuuu! Tu vas abîmer le bébé!!" (Ca, ça ne marche que pour la première grossesse. Pour les suivantes, les hommes se seront bien sûr renseignés entre-temps...)

mardi 9 juin 2009

La Fête des Mères!

Comme vous le savez, les Anglais ne font rien comme nous.

Ainsi, le Mother's Day est le 22 mars. L'occasion de rappeler aux membres de la famille l'importance de la femme dans le foyer, reconnaître enfin son utilité et la récompenser pour son dur labeur. Autant l'année dernière j'ai eu droit à un collier de pâtes et un bouquet de fleurs, autant cette année, le 22 mars, je n'ai rien eu DU TOUT.

Mais je n'en suis pas à une vexation près. J'ai attendu, mais rien n'est venu.

C'était sans compter sur l'esprit embrumé de Mari. Pour lui, la Fête des Mères, c'était dimanche dernier. A la française. Ca m'a d'ailleurs rappelé que j'ai com-plè-te-ment oublié d'appeler ma Mère ce jour-là, mais je me suis rattrapée ce matin en lui offrant une session téléphonique de 23 minutes.

Mais là n'est pas le scoop du jour... Je tenais à vous faire découvrir le magnifique cadeau de Mari pour la Fête des Mères :


Non, vous n'hallucinez pas : il s'agit bien d'un appareil à gaufres...

Voilà, quand on est femme au foyer, pour le reste du monde, notre univers tient dans cet endroit confiné qu'est la cuisine, et pour animer nos journées, quoi de mieux qu'un appareil à gaufres!

Mais ne jetons pas la pierre à Mari : la gaufre, c'est un peu mon obssession culinaire de femme enceinte. Certaines font des fixettes sur les glaces, les crêpes, les saucisses-frites. Moi, pour cette grossesse, ce sont les gaufres alors que pour Nain, j'étais plutôt dans le mode Croustibat-Crêpes fourrées Findus (résultat : 8kg pris au bout de 4 mois. Boum!!!).

Ainsi, pour satisfaire mes envies désespérées de gaufres belges, Mari m'a offert de quoi assouvir mes fringales mais attention, je ne fais pas n'importe quoi. Un petit tour sur Marmiton.org et j'ai trouvé la recette idéale : Gaufres légères à la bière (je ne sais vraiment plus quoi inventer pour pouvoir picoler sans me faire engueuler...)

Préparation : 20 minCuisson : 5 min

Ingrédients (pour 4 personnes) :- 250 g de farine - 1 pincée de sel - 50 g de sucre en poudre - 25 cl de lait - 2 oeufs - 50 g de beurre fondu - 25 cl de bière (de préférence de la 1664!!)

Préparation :Tamisez la farine, le sel et le sucre. Ajoutez le lait, mélangez bien pour éviter les grumeaux. Cassez les oeufs, séparez les jaunes et les blancs. Ajoutez les jaunes dans la pâte, puis le beurre fondu refroidi et la bière, toujours en remuant bien. Montez les blancs en neige, incorporez-les délicatement à la pâte. Laissez reposer environ 1 h. Faites cuire les gaufres 4-5 minutes au gaufrier.


Bon, certes, vous pouvez tout à fait remplacer la bière par de la limonade ou de l'eau gazeuse, mais croyez-moi, ça n'a pas un aussi bon goût....

lundi 1 juin 2009

Mini Me

Et voilà un half-term qui se termine : pour les londoniens qui n'ont pas d'enfants, sachez en effet qu'après 3 semaines de vacances à Pâques, les écoliers ont droit à une petite resucée de congés la dernière semaine de mai. Ca donne envie de retourner en maternelle non?

Nous avons donc profité de cette petite semaine pour nous rendre à Paris voir famille et amis, tout ça pour nous rendre compte que nous étions en plein week-end de l'Ascension (encore une invention géniale ça...) et que Paris était totalement désert...

Mais pour tout vous avouer, le but ultime de cette virée parisienne était de prendre rendez-vous chez mon gynécologue pour faire... ma première échographie!

Et pan, le scoop qui arrive comme un pavé dans la soupe... Haaa, recommence enfin le parcours de la grossesse et ses termes en -ON : ovulation, fécondation, conception, auscultation, fille-ou-garçon et gros-nichons.

Ainsi, Mari, Nain et moi même avons l'immense bonheur de vous faire part de l'arrivée d'un mini-nain (ou nain-nain, j'hésite encore pour le nom) pour 2009 et on peut dire qu'il était temps!



La plupart de mes amies londoniennes ayant déjà pondu au minimum deux enfants, on peut dire que la question : "Et toi? C'est pour quand le deuxième?" revenait à mes oreilles aussi souvent qu'un jour de mauvais temps... Quant au harcèlement téléphonique de ma mère, n'en parlons pas : aussi lourd qu'un troupeau d'Essex girls un samedi soir en boîte de nuit!!

Mari et moi avons en effet pris notre temps. Nous sommes l-e-n-t-s. Et pour tout vous avouer, à force de shooter à côté, nous avons dû avoir recours aux fameux tests d'ovulation à gogo. Vous savez, ces petites tiges hyper sophistiquées d'environ 10 cm et qui laisse juste une bande de 2 cm sur laquelle il faut uriner pour voir apparaître le petit smiley ;)... Le truc pas galère tiens...

Bref, quand le smiley arrive, ça veut dire : "C'est maintenant qu'il faut passer à la casserole ma bonne dame!!" et là, je vous laisse imaginer la suite avec Mari...

Zaza : "Bon, c'est pour ce soir, t'as intérêt à être en forme..."

Mari : "Hein? T'as pas repassé mes chemises?"

Zaza : "C'est pas moi qui repasse tes chemises bécasse, c'est le dry-cleaner! Non, c'est ce soir qu'il faut faire le BBBEEEEPPP si on veut avoir la chance de nous donner un second héritier!"

Mari : "Ha. Ecoute, j'ai pas mal de taf aujourd'hui et je t'avoue que je suis un peu fatigué. Le stress, la crise...."

Zaza : "M'en fous! C'est ce soir qu'il faut commencer le BBEEEEPPP! On a créneau de 48h00, on a pas intérêt à le rater. Donc, tu seras mignon de rentrer tôt, d'éteindre ton Blackberry et de me préparer un strip-tease du tonnerre!!"

Mari : "Hé mais je suis pas un objet moi! Ca marche pas sur commande : si je suis pas en forme, ça marchera jamais"

Zaza :"...."

Mari : "Ben oui, je suis pas une machine. Je suis un être humain sensible, y'a un coeur qui bat derrière ce poitrail viril tu sais!"


Zaza : "..."


Mari : "Vous les femmes, faut vous faire la danse du paon pour arriver au BBEEPPP et vous pensez qu'il vous suffit de claquer des genoux pour que les hommes s'exécutent comme des machines. Mais ça marche pas comme ça... Nous ne sommes pas des machines, on a le droit parfois de dire non..."

Zaza : "..."

Mari : "Mais je voudrais surtout pas t'énerver hein, va pas croire ça... Je dis ça juste pour m'exprimer de temps à temps, je voudrais surtout pas que tu l'interprètes comme un manque de désir de ma part!"

Zaza : "..."

Mari : "Amour? Tu réponds pas? Rooo, mais tu sais bien que tu es la femme de ma vie et que tu es la plus belle et que toi seule peut prétendre à me donner les plus beaux Nains du monde!"

Zaza : "..."

Mari : "... Bon, je vais rentrer tôt ce soir d'accord? Tant pis pour les dossiers urgents, j'irai tôt au bureau demain matin, disons vers 7h00, comme ça, on peut passer une vraie soirée ensemble et je prendrai une douche en rentrant pour me remettre d'aplomb!"

Zaza : "..."

Mari : "Bon, ok, je rentre pas en métro, ça va prendre trop de temps : je toperai un taxi en sortant du bureau..."

Zaza : "Super, t'en profiteras aussi pour répéter ta chorégraphie dans le taxi!"

En fait, les hommes ne sont pas des machines. Ces sont des boîtes à outils : faut quand même qu'on y mette un peu la patte pour que ça marche correctement...

jeudi 21 mai 2009

La caverne aux trésors

Une fois n'est pas coutume, j'ai décidé cette année qu'il était temps de faire un gros nettoyage de Printemps.

Je ne parle pas du ménage, car, comme toute femme au foyer un peu cossarde, j'ai une petite fée du logis qui vient 4h00 par semaine faire ce dont je ne suis plus capable : passer l'aspirateur et la serpillière, faire la poussière (je suis allergique de toute façon), récurer la cuisine et pschiter tous les meubles. D'ailleurs, quand elle vient, je préfère partir de la maison tellement j'ai honte de la voir travailler alors que j'en fous pas une...

Non, cette année, je me suis attaquée au garage...

Cela fait plus de 3 ans que Mari et moi sommes installés à Londres et je peux vous dire qu'en ce laps de temps, on a accumulé un maximum de bordel que je jetais dans le garage par ordre d'arrivée. Le résultat est que nous ne pouvions plus faire plus de 3 pas dans se retrouver dans une impasse totale de cartons en tout genre. Il fallait vraiment faire quelque chose et nous nous sommes attelés, Mari et moi dimanche dernier à trier ce joyeux désordre.

Nous avons ainsi retrouvé les choses suivantes, dont nous avions oublié l'existence :

- Une lampe en vessie de chameau (cadeau de ma belle-mère à Mari pour son anniversaire. Autant vous dire que ces deux-là, quand ils décident de faire du shopping ensemble, je pâlis d'avance...)

- Une cinquantaine d'alcooltests (complètement inutile quand on a ni permis ni voiture)

- Une tenue de Viet-Vo-Dao (sport de combat vietnamien qui vous apprend toutes les techniques possibles pour casser le bras d'un agresseur)

- 3 cartons de jouets en plastique et de vêtements pour enfants que je glisse discrètement mais sûrement chez les voisins qui sont eux aussi partisans de la Gap-customization de leur progéniture.

- Un sac rempli de culottes taille 36 ("Rêves pas Zaza, tu pourras plus jamais les remettre...")

- Un carton de déguisements à poil, à plumes et des sacs immondes, égarements dûs au retour des années 80.

- 2 transats et une chaise cassées que Mari refuse de jeter car il pense pouvoir les réparer (brave homme)

Et bien sachez qu'au final.. nous allons TOUT garder...

Mari et moi avons cependant 2 visions très différentes de ce qui encombre notre maison :

Moi par exemple, je préfère refourguer le tout à un Charity Shop ou à la Salvation Army. Et quand j'ai une grosse flemme, je pose discrètement les cartons dans la rue car je sais qu'ils disparaîtront au bout de 2h00.
Ma philosphie : "Ce qui ne nous sert plus à rien, aura toujours une utilité pour ceux qui n'ont rien."

Mari au contraire, à l'instar de ses parents, ne jette RIEN, ne donne RIEN. Des T-shirts gothiques troués aux chaussures qui ne sont même pas à sa taille, il tient à tout garder.
Sa philosophie : "On ne sait jamais, ça peut toujours servir!"

C'est un nostalgique et je ne préfère pas le titiller en ce moment. Grand seigneur je lui ai dit : "Bien sûr mon Amour, tu peux garder tout ce que tu veux, Nain sera très content de récupérer tes affaires quand il sera plus grand!"

Ainsi va la vie de couple, parsemée de cartons, de souvenirs et de concessions...



PSSSS : mais pour ne rien vous cacher, comme c'est moi qui détient les clés du garage, j'ai déjà pris rendez-vous en lousedé avec le service rubbish de mon borough pour jeter tout ce bazar... mais chuuuuttt...Que voulez-vous, je suis une femme perfide...

mercredi 13 mai 2009

Aimons les animaux...

Même si Mari refuse d'avoir un animal de compagnie à la maison, cela ne veut pas dire qu'il n'aime pas les bêtes. Loin de là

Cela est peut être particulier à l'Angleterre, mais ici, les animaux, on les aime!

Ainsi, en face de la maison, à mes heures perdues, je regarde défiler les voisins avec leur bêbêtes à poipoil et je vois à leur regard, tout l'amour qu'ils leur portent. Et ça ne s'arrête pas qu'aux chiens

Je me souviens d'un jour où, promenant Nain dans la rue, nous tombons nez à nez avec une nuée de pigeons en train de se rassasier de détritus en tout genre (quelle bande clochards...) et bien sûr, Nain, comme tous les enfants de son âge, se met à courser les dites bestioles en hurlant, espérant sans doute qu'un de ces specimens tombera raide d'un arrêt cardiaque! Et là, un passant choqué fait la réflexion suivante à Mari:

Passant : " Vous devriez dire à votre fils d'arrêter de courir après les pigeons!"

Mari : " Bah non... ce sont des pigeons..."

Passant : " Oui, mais votre fils empêche les pigeons de se nourrir(sous-entendu, ils vont mourir de famine si on les empêche de bouffer nos détritus)"

Mari qui s'énerve : " Ce-sont-des-pigeons! Des rats volants! Des nuisibles!"

Et le passant repart sans oublier de nous faire part de son plus profond dédain... Et oui... Les animaux sont sacrés en Angleterre et si vous avez le malheur de vous exhiber avec un morceau de fourrure, vous vous retrouvez directement avec une tarte au citron dans les gencives ou, au pire, la très puissante PETA (People for the Ethical Treatment of Animals) sur le dos!(Oui, vous savez la PETA et ses affiches dignes du dernier Playboy...).

Mais bon, à part les pigeons, nous aussi nous aimons les animaux et nous trouvons ça important d'inculquer le respect des petites bêtes à Nain (ma mère m'a toujours dit : "si tu vois un enfant torturer un animal, tu as forcément affaire à un futur psychopathe").

Nous avons ainsi emmené Nain au WetlandCenter de Londres pour le familiariser avec le monde sauvage et les insectes... Je vous laisse donc juste un aperçu de Nain essayant d'effrayer une araignée avec masque de lion...

Et la mère qui donne l'exemple pour le coup de grâce final...

Je vais définitivement me faire entarter...

vendredi 8 mai 2009

Along the shore

Haa le mois de mai arrive enfin! Mai et ses jours fériés...

Loin du faste français et ses week-ends prolongés à gogo, nous avons, nous aussi, en Angleterre, notre lot de Bank Holidays. Et notre tout premier était la semaine dernière, le May Day, soit le premier lundi du mois de mai.

Alors avec Mari, on s'est dit : "Chouette, on va profiter de ce week-end de 3 jours pour explorer l'Angleterre et ses trésors cachés..." Oui, parce que même si en tant qu'"expats" nous resterons d'éternels touristes à Londres, les week-ends à Hyde Park à tourner en rond-rond autour du la-lac, ça commence à bien faire!

Alors le gros souci quand on a pas de voiture (et pas de permis), c'est qu'il faut trouver une destination pas trop trop loin et facile d'accès en train. Ni d'une ni Deux, Super Zaza sort direct le Timeout for Children et flap flap jusqu'à la page 277 : Coastal Stations.

L'index fébrile, je trouve la destination idéale pour des boulets dans notre genre: BRIGHTON. 55 mn de train de Victoria Station et une petit quart d'heure à pied avant d'atteindre la plage. PAR-FAIT. Un petit tour sur http://www.thetrainline.com et Tripadvisor et zou, je boucle l'affaire en moins de 24h00.

On a beau me dire : "c'est super plouc!", "c'est super gay!", "ça sent la frite!", "Y'a pas un gramme de sable!", m'en fous total!

Moi, le premier truc que je vois en arrivant... c'est ça...


Bon ok, j'ai pas photographié les hordes d'Essex Girls à moitié à poil carburant au rosé tôt dans la journée, les barbecues improvisés sur la plage et cette méchande odeur de saucisse, les pubs longeant la plage inondés de mâles tonitruants au torse nu (et rose) et si vous aimez pas le fish and chips (comme moi), ben vous êtes bien dans la merde pour vous restaurer correctement...

 Bon, on fait du sightseeing intensif avec Nain pendant 3 jours et ça a donné ça :


1. On a lancé des cailloux dans la mer et on a trouvé ça super intelligent...

2. On a fait du manège et on a même pas vomi


3. On a fait du Krain jusqu'à la Marina et on a fait Tchoutchou

4. On a visité le Pavillon Royal et on a fait "Wouahou!!"

5. On s'est empiffré comme des sagouins chez Jamie Oliver et on a failli en redemander

6. On a fait péter la fête foraine sur le Brighton Pier et pendant que Nain chevauchait cette horreur, j'ai gagné une peluche à une "course de dauphins" (contre 2 enfants et 3 alcoolos)

Toutes ces activités m'ont fait oublier l'odeur du fish and chips et c'est avec beaucoup d'excitation que nous y retournerons... avec le bbq jetable...

jeudi 30 avril 2009

To Bio or not to Bio...

Pour pallier à ma solitude, j'ai fréquenté pendant un moment le cercle joyeux des mères au foyer à Londres.

Il existe pléthore de groupes, sous-groupes ou playgroups de mamans qui partagent leurs diverses préoccupations sur l'éducation branlante de leurs enfants pendant que ces derniers se comportent comme des hooligans derrière leur dos. Mais je n'y vais plus

J'étais pourtant très enthousiaste au début! En effet, depuis que je me suis expatriée à Londres, loin des scoops familiaux et des déboires professionello-conjugaux des copains, et bien parfois, pour être honnête, je m'emmerde... Pire que ça : je me fais grave chier et il est tout de même plus agréable de s'emmerder à plusieurs qu'à trépigner seule dans son coin.

Au diable les tabous, le cercle des femmes au foyer, c'est le lieu d'échange où l'on partage tout ce qui nous tient à coeur avec des personnes que l'on connaît à peine à défaut justement de pouvoir se confier à nos proches restés en france et qui, de toute façon, nous prendraient pour des dingos. De la taille des couches, à l'enfant qui n'obéit-ne mange-ne dort pas, la nécessité de fuir le foyer avec Maris pour retrouver son intimité et les petites maladies, tout y passe et sans le moindre complexe

Ca a du bon tout ça me direz-vous, et pourtant je n'adhère plus à ces groupes : non pas que j'abhorre les autres femmes au foyer ou que je n'aime pas me dévoiler à des inconnues (je tartine ce blog avec les détails les plus croustillants de ma vie depuis plus d'un an...) mais je suis finalement sortie du Cercle quand le sujet "Bio" a commencé à rentrer dans les discussions

Alors en Angleterre, on ne dit pas Bio, on dit "Organic" (prononcer "Oargeunik") et on ne plaisante surtout pas à ce sujet!! Tous ces produits sont joliment empaquetés dans du plastique vert avec une jolie typo et ne sont pas issus de la très vilaine culture OGM de masse. Et c'est pour ça que ça coûte deux fois plus cher. Mais c'est bon pour la santé!

Haa, vous ne savez pas ce que c'est d'être mère dans un groupe de femmes au foyer prônant le Bio...

Zaza : "Coucou les filles! Regardez j'ai ramené tous les restes de Smarties de l'anniversaire de Nain"

Mère Bio : "Ha bah tu peux les ranger, ça ne sera sûrement pas pour ma fille!"

Zaza : "Elle aime pas les smarties???"

Mère Bio : "Les smarties, c'est du poison!! "

Zaza : "Ben ça va nous tuer non plus... faut quand même pas exagérer..."

Mère Bio : "Et bien siiii! Mimine, tu reposes ce paquet de smarties tout-de-suite, je ne veux pas que tu manges ces chôses!" Et Mimine repart mettre une volée de mandales aux autres enfants sans que Mère Bio ne bronche d'un poil...

Zaza : "J'ai pourtant mangé des smarties quand j'étais enfant, ça m'a jamais rendue malade..."

Mère Bio : "Et bien moi, je ne comprend même pas qu'on autorise la vente de cette cochonnerie!! D'ailleurs, on a récemment découvert que...."

Et voilà Mère Bio qui repart dans ses envolées scientifiques alors qu'elle y comprend einr... C'est fou, il y a toujours 3-4 connards en Suède ou aux Etats-Unis qui sortent régulièrement un étude sur les mauvaises habitudes alimentaires et même éducatives que nous nous sommes efforcées à appliquer depuis le début. Sans rentrer dans le détail, le message de ces études est le suivant:

"Stop, Bande de malheureux inconscients! Vous empoisonnez vos enfants : le savon basique, c'est pas bon, les frites, c'est pas bon, la viande rouge, c'est pas bon, les sucreries, c'est pas bon!". Bref, à les écouter, c'est légumes vapeur et poulet élevé dans une ferme bio tous les jours si on ne veut pas finir intoxiqués ou avec un 3ème téton...Le tout relayé avec véhémence par des Mères légèrement paranoïaques. On va bientôt boire bio, fumer bio pour vomir bio. Gé-nial.

Alors certes, il faut faire attention quand on prépare à bouffer : se laver les mains, rincer les légumes, cuisiner dans des ustensiles propres etc... Mais lâchez-nous un peu avec vos bio-principes, notre génération de trentenaires a carburé non-bio le tout saupoudré de Haribo-McDo étant plus jeune et ça ne nous a pas rendu plus débiles que prévu! Enfin, moi non...

Et vous?

mardi 21 avril 2009

Pâques je le vaux bien...

15 jours sans poster une seule ligne! A part cette nouvelle mise en page complètement foireuse, il ne passerait donc plus rien sur ce blog?? Gnagnagna... Hé oui, va falloir vous y faire : durant les longues vacances (Noël, Pâques, Août), Zaza n'a pas le temps d'écrire. Zaza doit occuper le temps libre de Nain et l'emmener en vacances.

Donc cette année pour Pâques, au lieu de rester à Londres regarder la pluie tomber, Mari a décidé que nous irions à la montagne.

Zaza : "Pfff! Naan, pas la montagne! La dernière fois que j'ai skié, je me suis fait une fracture partielle du tendon"

Mari : "Ben fallait pas
te siffler 2 verres de vin chaud avant de rentrer à la station..."

Zaza : "Je veux partir au soleil sous un palmier!!"

Mari : "Non. La plage, ça m'emmerde."

Zaza : "Allez, ça fait hyper longtemps qu'on est pas partis au soleil"

Mari : "Nous sommes partis en Martinique 10 jours à Noël..."

Zaza : "...." C'est qu'il a une sacré mémoire le bougre... "Soit. Partons à la montagne si tel est ton souhait." N'empêche que...

Direction donc la Suisse, à Villars sur Ollon plus exactement où un de nos amis nous a gracieusement prêté son immense chalet (Dieu merci sinon Mari était prêt à louer un studio de 25m2 pour 3).

On va vite passer sur Nain qui met les pieds sur des skis pour la première fois de sa vie, Mari qui tente les journées de barbare à raison de 6h00 de ski par jour sans pause déjeuner pour amortir le forfait et moi qui pleure de ne pas avoir accès à Internet.

Non, le plus important, c'est Pâques.

Les heureux propriétaires du chalet nous ayant rejoints pour le week-end de Pâques, on a eu droit à notre petit rappel à l'ordre...

Maman Gâteau : "Vous avez de la chance, il y a une messe ce soir à 18h00"

Les 4 trentenaires ahuris : "Hé?"

Maman Gâteau : "Ben oui, Pâques, c'est la fête la plus importante de l'année"

Ha bah zut alors... Je pensais que c'était Noël avec les cadeaux et tout ça... 7 années dans une école de bonnes soeurs et je me souviens à peine de ce qui se passe à Pâques (à part la chasse aux oeufs et les bonnes indigestions qui s'en suivent). Honte à moi, il s'agit quand même de la résurrection de Jesus (un peu comme une deuxième naissance donc, pas si loin de Noël) et de la fin du Carême (40 jours à la diète? Impossible quand on part au ski avec les traditionnels tartiflettes, rostis, croûte au fromages, fondues etc...).

Résultat : non seulement aucun de nous n'est allé à la messe mais en plus, nous nous sommes joyeusement empiffrés autour d'un gigot d'agneau et de kinders à gogo (alors qu'on ne le mérite VRAIMENT pas). La-men-ta-bleu. C'est vraiment pas un bon exemple à montrer à nos enfants.

Donc, Nain, l'année prochaine, il va faire le Carême sous mon contrôle (plus de Mc Do, plus de sucettes, plus de Smarties pendant 40 jours) et messe obligatoire le dimanche de Pâques (on va même lui apprendre à y aller tout seul). Sinon, pas de chocolats.


Ca sera tout pour Maman.

dimanche 29 mars 2009

L'art de la baguette

Attention chers lecteurs, voici le scoop du mois de mars.

Il serait temps maintenant d'abaisser le voile (occidental) qui couvre mes origines. Si vous avez scrupuleusement regardé les photos qui égayent ce petit blog, vous aurez sûrement remarqué que, même si je maîtrise parfaitement la langue française, je n'en reste pas moins d'origine on va dire "exotique".


Ces cheveux noirs et soyeux, ce regard malicieux et bridé, ce nez tout raplaplapla, cette taille modeste, ce rire fourbe... Et bien oui, je suis asiatique. Mais pas de n'importe où hein... Ne me sortez pas la géographie complète de l'Asie du Sud-Est comme le font la plupart des gens ("Vous êtes chinoise? Thaïlandaise? Cambodgienne? Philippine? Japonaise (!!!)?).

Rien de tout cela : je suis vietnamienne.

Alors, pour les gros niais, le Vietnam, ça se trouve ici :


C'est bien ça. A l'autre bout du monde.

Alors on ne s'emballe surtout pas... Je suis née à Paris dans le 14ème arrondissement il y a 33 ans et je n'ai mis les pieds au Vietnam qu'1 seule fois (en voyage organisé Nouvelles Frontières... Bonjour le retour aux sources...).

Au diable les idées mal reçues : je suis incapable d'aligner 3 mots en vietnamien (j'ai bien essayé de prendre des cours aux Langues'O mais c'est comme le permis de conduire, j'ai laissé tomber), j'ai quelques notions d'histoire entre les guerres d'Indochine et la lutte anti-communiste et je ne sais pas faire cuire le riz (mes proches m'ont d'ailleurs offert un magnifique rice-cooker, désespérés d'assiter à mes pathétiques tentatives de cuisson)...

Cependant, même si je me sens française, il y a un truc dans mes gènes qui me rappellent mes origines : l'art de la baguette. Alors ça, je maîtrise à fond et je suis toujours vexée quand les serveurs me demandent "Are you comfortable with chopsticks?". Non mais tu m'as bien regardée?? Y'a 25 ans de training en baguettes derrière moi et je ne vais sûrement pas m'abaisser à demander une fourchette pour manger mon bol de riz (même si c'est très chiant...)!!


Je sais bien, les baguettes, c'est galère et c'est pour ça qu'il faut commencer à s'entraîner dès le plus jeune âge!

Gniark Gniark Gniark.... (rire fourbe)

Et pour mes camarades londoniens, je livre ci-dessous mes adresses fétiches :

- Awana, un des meilleurs restaurants malais de Londres
- Tamarai, surtout pour ceux qui veulent rester night-clubber jusqu'à 3h00 du matin
- E&O et Hakkasan, pour croiser les stars
- Fengsushi ou Ukai pour une livraison sushi à domicile
- Imperial China, où l'on trouve les meilleurs "dumplings in spicy sauce" de la capitale avec option karaoké pour les plus motivés
- Japancenter sur Piccadilly Circus, pour trouver tous les produits japonais et des sushis-maki à des prix imbattables
- Pho, le boui-boui vietnamien version chicos
- Les restaurants thailandais, y'en a à chaque coin de rue....

Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, sachez que la plupart offrent 50% de réduction sur la nourriture si vous réservez en ligne sur TopTable (merci la Crise...).


Allez, soyez gentils; rangez vos fourchettes et comme je suis sympa, je vous donne la recette magique pour utiliser des baguettes...

Vous voyez bien que c'est pas si compliqué que ça!